Rien ne change

Chronique de Footware V (2011/2012)

Les trois premiers gagnent et c’est le statut quo en tête : tout le monde dans un mouchoir de poche. Et à deux journées de la fin, le suspense reste entier, pour notre plus grand plaisir. Voici la chronique hebdo, pleine de L1 et d’étranger, ainsi que de la phrase rapidede la semaine et de la séance en plus.

Il faut bien l’avouer, cette saison de Ligue 1 est des plus palpitantes avec notamment une lutte pour le titre qui nous file pas mal de frissons, à l’image de ce VA-PSG complètement taré, qui prouve une fois de plus que battre Paris, ça ne s’improvise pas vraiment (3-4). Et, pour une fois que Montpellier jouait après les Parisiens, il a pu goûter à la pression du résultat. Mais, de manière à la fois surprenante et archi-classique, c’est Rennes qui a craqué en offrant deux buts casquettes (0-2, Camara en rédemption).

Du coup, le MHSC est en position très favorable. Mais cette fin de championnat est totalement bouleversée par le Montpellier-Lille de la semaine prochaine qui est à peu près la seule chance du PSG (voire de Lille). Un LOSC qui n’aura pas tremblé le moins du monde face à l’équipe bis de Caen (3-0) et qui reste plus que jamais à l’affût. Pour couronner le tout, on soulignera que la différence de buts de ces trois équipes est presque identique ! Bonne chance pour les pronostics.

L’autre gros enjeu de la saison, c’est le maintien. Dans ce domaine, le miraculé c’est Sochaux (qui bat Nancy in extremis, 1-0) et celui qui rechute, c’est Auxerre, qui a subi ce qu’il a récemment infligé aux Brestois (2-4 dont un 0-4 en 47 minutes). Cependant, rien n’est perdu (ni gagné) pour personne et même Ajaccio (défait à Évian, 2-1), qui avait pourtant pris un peu d’air, va retenir son souffle jusqu’au bout. Pas mieux pour Lorient et Dijon qui ont offert un beau 0-0 bien moisi qui n’arrange pas grand monde.

Au contraire, Nice considèrera peut-être que son 0-0 à Toulouse est une bonne affaire. Le nul ramené par Brest de Lyon (1-1) apparait, lui, comme inespéré mais peut laisser des regrets aux rivaux des Bretons tant l’OL a craqué son slip, au point de dire officiellement (il était temps) adieu à la C1. Les Lyonnais devraient toutefois pouvoir finir 4e, d’autant que l’ASSE n’a pas su battre l’OM (0-0). Le prochain rendez-vous, c’est dimanche soir pour l’avant-dernier multiplex de la saison. On a hâte.

En Angleterre, City y va tout droit : après avoir gagné à Newcastle, ce serait trop bête de se craquer à la maison contre les QPR. Gros suspense pour la 3e place qu’Arsenal pourrait se faire chiper. En Allemagne, le championnat s’est terminé sur un feu d’artifice de buts et avec la relégation de Cologne. En Espagne, le Real est champion mais Messi explose tous les records de Football Manager avec 50 buts en championnat ! Et il reste une journée… Celle-ci sera décisive pour la quatrième place et le maintien, notamment pour Villarreal.

En Italie, la Juventus est revenue au sommet grâce à son ennemi intime, l’Inter, qui a battu le Milan. Mais les bianconeri le doivent surtout à eux-mêmes, eux qui vont tenter le coup des « Invincibles » : il ne leur reste qu’un match, contre une Atalanta en vacances, pour réaliser l’exploit. L’Udinese devrait, de son côté, retrouver la Ligue des Champions. En bas, le Genoa se sauve in extremis. Aux Pays-Bas, le Feyenoord accroche la deuxième place et relègue le PSV à la C3. Twente s’écroule à la 6e place. Enfin, au Portugal, Hulk envoie le Sporting Braga au troisième tour préliminaire de C1 car le Sporting Portugal est désormais trop loin.

Pour conclure, voici la phrase de la semaine. Carlo Ancelotti n’avait pas encore sorti les tacles depuis son arrivée en France mais c’est désormais réparé grâce à la venue de Saint-Étienne au Parc, mercredi dernier : « Je connais bien Aubameyang, il est passé par les équipes de jeunes à Milan. Il est rapide, mais ce n'est pas la qualité la plus importante en football. Sinon tu prends Bolt au mercato. Et sinon, je n'aurais pas joué... » Il était temps que quelqu’un le dise.

La séance en plus :

Marquer, célébrer, se faire exclure
Zokora se venge des insultes racistes d’Emre
Missile d’Amérique
Delio Rossi se fait respecter
Une bonne ramasseuse de balle, ça fait la différence
Papiss Cissé nous fait rêver
Yann Kermorgant aussi
La patate de Maicon
L’égalisation à la dernière seconde
Petit piqué
But, celebration, but con
Fred n’est pas mort

feed Pierre-Pat le 08 mai 2012 à 12:23